Gurvan souhaite suivre les traces de son père comme chauffeur-routier en intégrant la formation CTRM (Conduite transport routier de marchandises) du lycée.
Les deux gros établissements scolaires de la ville, avec quelque 1 200 élèves à eux deux, ont fait découvrir leurs atouts au public, samedi.

Ce rendez-vous était, en particulier, destiné aux élèves qui souhaitent intégrer l’un des deux lycées à la rentrée prochaine.

C’était ainsi le cas de Gurvan, élève de 3e au collège Romain-Rolland de Pontivy, qui souhaite suivre la formation de conducteur routier, dispensée au lycée.

En pleine immersion

L’établissement est l’un des trois lycées publics de l’Académie de Rennes à assurer cette formation de bac pro qui permet, à l’issue des trois années de formation, d’être titulaire des trois permis B, C et CE (conduite d’un 40 tonnes articulé).

Une formation particulièrement sollicitée. « En moyenne, nous enregistrons, chaque année, 80 demandes pour 24 places », résume l’un des enseignants de la filière.

Il faut dire que les débouchés ne manquent pas et que l’obtention du diplôme est la garantie d’un boulot dans les semaines à suivre. Ce que pouvait, par exemple, démontrer Maxime venu revoir le« bahut » qu’il fréquentait encore jusqu’en juin dernier.

Depuis septembre, il travaille pour une entreprise de transport morbihannaise et n’était pas peu fier de montrer sur son portable la photo du porte-voitures qu’il pilote quotidiennement pour approvisionner les concessionnaires de l’Ouest depuis les usines de constructions automobiles.

« Cette formation professionnelle, comme les quatre autres du lycée, que ce soit en réparation automobiles ou poids lourds, logistique ou électrotechnique, ont d’ailleurs l’avantage de représenter des métiers en tension sur le marché de l’emploi », renchérit le proviseur, Sylvain Ferré. Ou bien encore de pouvoir déboucher sur l’enseignement supérieur avec les BTS.

À noter que pour celui de technico-commercial développement durable et eco-construction, ouvert au lycée en septembre dernier, 197 demandes étaient enregistrées sur le nouveau site d’orientation post-bac pour les 24 places proposées.

Pour revenir à Gurvan, ce sera aussi l’occasion de quitter le cocon familial et connaître la vie de l’internat. 150 internes sont accueillis cette année dans l’établissement.

Quant au collège de Beg-Avel, samedi matin, ce sont surtout les parents qui étaient à la recherche d’informations.

Les futurs 6e ont, en effet, pour la majorité d’entre eux eu l’occasion de découvrir l’établissement ne serait-ce que lors de la journée d’immersion de janvier ou bien encore par l’entremise de leurs aînés.

Source : https://www.ouest-france.fr/bretagne/carhaix-plouguer-29270/carhaix-serusier-et-beg-avel-ouvraient-leurs-portes-5631209

Pierre Lemoine, principal du collège Beg Avel, et Sylvain Ferré, proviseur du lycée Paul-Sérusier.
Pierre Lemoine, principal du collège Beg Avel, et Sylvain Ferré, proviseur du lycée Paul-Sérusier.

C'est officiel, les élèves de seconde qui le souhaitent pourront apprendre le chinois à la rentrée prochaine au lycée Sérusier. Une manière « d'accompagner l'évolution du territoire », selon le proviseur, Sylvain Ferré. Le collège Beg Avel devrait aussi proposer de l'initiation au chinois dans la foulée. 

Les élèves de seconde pourront, dès la rentrée prochaine, choisir le chinois comme troisième langue vivante au lycée Paul-Sérusier. « Cet enseignement sera proposé de la seconde à la terminale, à raison de trois heures par semaine », souligne Sylvain Ferré, proviseur du lycée. Une décision, selon lui, qui « permet à l'établissement d'être dans l'accompagnement de l'évolution du territoire ». Une allusion, bien entendu, à l'implantation en Poher de l'usine chinoise de poudre de lait Synutra, même si ce n'est pas la seule raison. « L'apprentissage du chinois constitue un sérieux atout aujourd'hui. C'est une langue vivante qui a une valeur internationale forte. Nous nous sommes donc appuyés sur cette réalité économique pour demander aux autorités académiques qu'on puisse proposer cet enseignement », ajoute le proviseur. Pierre Lemoine, principal du collège Beg Avel, affirme que cela correspondait à une attente : « Nous l'avons constaté dans les demandes des élèves depuis quelques années ». D'ailleurs, nombre d'élèves n'ont pas hésité, au fil des ans, à quitter le Poher pour s'inscrire dans des établissements qui proposaient cette option. « Désormais, ces élèves pourront réaliser leur cursus à Carhaix », ajoute-t-il.

Complémentarité 

Et ce d'autant que la complémentarité entre les deux établissements publics se traduira aussi par la mise en place d'une initiation au chinois au collège Beg Avel : « Nous allons profiter de l'ouverture de cette troisième langue vivante au lycée pour mettre cela en place », précise-t-il. Le principal salue un enrichissement de l'offre linguistique à Carhaix : « Il existait déjà une offre variée au collège, puisque nous proposions déjà l'espagnol en deuxième langue vivante, en plus d'une section bilangue anglais-allemand, et d'une autre français-breton ». En ce qui concerne le breton, l'interdépendance entre les deux établissements joue à plein, là encore, puisque les élèves qui le souhaitent peuvent poursuivre cette langue en seconde, dans la continuité du collège. Un bémol, cependant : « Nous ne pourrons le maintenir que si nous obtenons au moins dix inscriptions d'élèves », assure Sylvain Ferré. 

Pratique 
Portes ouvertes au lycée Sérusier, vendredi 16 mars, de 15 h 30 à 19 h et samedi 17 mars, de 9 h à 12 h. Au collège Beg Avel, samedi 17, de 9 h à 12 h.
 
Source : http://www.letelegramme.fr/finistere/carhaix/enseignement-public-le-chinois-fait-son-entree-au-secondaire-17-02-2018-11855840.php